Cette fille-là

Cette fille-là

Il y a eu ma copine V. qui m’a dit que je méritais mieux que lui, mieux que ça. Je lui ai répondu que j’avais peur, peur à nouveau de souffrir. Je lui dit aussi que je me l’étais juré, que je me l’étais promis, que plus jamais. Plus jamais je n’aurai aussi mal, plus jamais je ne souffrirai autant. Et si finalement, elle avait raison, si j’étais à nouveau digne d’être aimée. Digne de ne plus être cette fille qu’il appelait en fin de soirée après quelques verres de trop, cette fille qu’il trouvait jolie mais non on n’ira pas au cinéma ensemble, cette fille qui le faisait rire mais non, on ne partira pas en voyage ensemble. Et si j’étais plus que cette fille qu’il aimait bien mais qu’il ne présentait pas à ses amis. Plus que cette chic fille qu’on voit dans le noir d’un appartement, cette jolie fille mais pas assez, pas assez pour lui tenir la main dans la rue, et pas assez pour un diner, pas assez pour qu’il se l’avoue, qu’on était quelque chose.

Plus que cette fille qui rassure, qui est là tout le temps, peu importe la gueule de bois du lendemain, ou la nuit agitée à avoir trop bu. Peu importe les coups de fil non répondus pour cause de mieux à faire. Plus que celle à qui on dit j’ai envie de toi au lieu de j’aimerais passer du temps avec toi. Plus que cette fille qui reste dans ce grand lit froid aux draps froissés parce que tu as mieux à faire, une randonnée, une sortie en mer, un rendez vous avec tes potes. Plus que cette fille avec qui tu sais que ça n’a pas beaucoup d’allure, mais que tu rappelles quand même. Cette fille qui reste derrière la porte fermée et qui continue à y croire, parce que tu l’as fait sourire, et parce qu’elle sait, parce qu’elle sent quelque chose mais que tu ne seras jamais fichu de lui dire.

Plus que cette fille dont tu cherches le corps dans la nuit mais que tu quittes au petit matin. Plus que cette fille qui se sent pas assez, jolie, intelligente, dégourdie pour toi. Plus que cette fille que tu embrasses sur le front mais que tu laisses sur un quai de gare. Plus que cette fille qui est jalouse d’Anna, Sarah, Charlotte alors qu’elle n’a aucune raison de l’être, mais que tu rends un peu moins sure d’elle. Plus que cette fille qui ne sait pas trop ce que tu veux, mais qui reste, peut-être parce qu’elle a un grand coeur ou parce qu’elle est trop gentille, ou un peu des deux. Plus que cette fille qui finit par se lasser mais que tu continues à rattraper, parce que tous les deux vous pensez pourquoi et pourquoi pas en même temps.

Cette fille que tu aimes vraiment bien, mais pas assez pour que tu dises que c’est différent avec elle. Cette fille que tu ne veux pas trop laisser partir et pourtant tu sais qu’il va falloir. Cette fille que tu apprécies, pour qui tu as de la tendresse, mais que tu malmènes parce que tu sais pas trop comment faire autrement. Cette fille que tu embrasses, cajoles, prends dans tes bras, mais dont tu ne sais pas quoi faire à temps plein, dont tu ne sais pas quoi faire après. Cette fille, pas d’un soir, un peu plus que ça, mais pas beaucoup plus, parce que tu n’es pas prêt, parce que ce n’est pas le bon moment. Cette fille avec qui tu partages rêves et envies, à qui tu te confies mais avec qui, tu n’es pas prêt à sauter le pas. Cette fille dont tu ne sais pas quoi faire, parce que ton cerveau et ton coeur disent pas trop la même chose. Cette fille que tu estimes pour de vrai, et à qui tu t’intéresses, mais pas assez, pas assez pour suffire.

Cette fille que tu finiras par laisser avec des fracas, parce que tu ne savais pas comment faire autrement, parce que c’est mieux comme ça. Cette fille envers laquelle tu t’excuseras surement un jour, parce qu’elle méritait mieux que ça, beaucoup mieux, mais peut être que ça, elle l’aura un peu oublié, un peu mis de côté, et qu’il faudra qu’elle y croit à nouveau. Qu’elle ne sera plus, juste, cette fille-là, qu’elle peut en être une autre. Qu’elle peut être cette fille avec qui c’est différent.

41 comments

  1. Je me reconnais, dans cette fille là, qui ne peut pas être plus, même si elle voulait, même si elle aurait peut-être pu. Celle qui se dit que finalement c’est peut-être aussi de sa faute s’il n’a pas assez confiance pour « officialiser », pour « admettre », pour « accepter ». Ca aura duré quatre longues années de fuis-moi je te suis et suis-moi je te fuis. Quatre longues années à s’accrocher comme on peut aux branches parce que si, ça vaut la peine, il vaut la peine, je vaux la peine. Et puis quatre longues années à pleurer, rager, ne pas comprendre lorsqu’il couche avec une autre, se met avec une autre etc…
    Et puis un jour, il y a l’amie, la douce, la compréhensive, celle qui sait tout de cet homme là et qui ne comprend pas ce qu’on lui trouve, qui aimerait qu’on soit heureuse et qu’on trouve quelqu’un à notre mesure, quelqu’un qui prenne réellement soin de nous, et pas juste à mi-temps, à l’horizontale et 3 nuits par semaines.
    Cette amie, elle nous dit un jour qu’on a l’amour qu’on pense qu’on mérite. Mais qu’on vaut tellement mieux que ça. Au début on ne la croit pas, et puis ça fait son bonhomme de chemin. Bien sur qu’on vaut mieux. Bien sur qu’on va être malheureuse un temps de le quitter pour de bon. De dire que c’est fini, de ne plus appeler, de s’oublier l’un l’autre. Bien sur que se reconstruire prend du temps. On ne peut pas offrir des ruines bancales ou un coeur en papier mâché à un autre. Pas si vite. Pas tout de suite.
    Et puis un jour, il arrive. Il est tellement gentil qu’on se dit que ça va mal finir (pour lui), comme ça s’est mal fini avec chaque garçon gentil avant. Mais cette fois c’est différent. Il nous prend la main dans la rue, il force les barrières, nous sourit en plein jour, il nous laisse choisir tous les films même ceux qu’il n’aime pas. On se sent jolie, et non plus juste désirable. Il nous embrasse sur le front sur un quai de gare mais en nous glissant à l’oreille qu’il a hâte qu’on revienne. Et ce jour là, on n’est plus « cette fille là ». Et on pardonne à l’autre, l’ami aimant amant.
    Tout simplement.

    1. J’ai été touchée, j’ai été émue en te lisant. Je l’ai meme relu plusieurs fois. Merci pour ce joli commentaire Sophie, du fond du coeur.

      1. Je n’avais pas de mots pour te répondre que ma propre expérience, mes propres sentiments (trois mois plus tard). Je te souhaite le meilleur, pour cette nouvelle année !

  2. Très joli article, j’adore ton écriture <3

  3. Oh c’est trop touchant.
    Je n’ai jamais été dans cette situation, ma meilleure amie l’a été.
    C’est difficile à vivre, mais je crois que malgré tout c’est une expérience qui rend plus fort.
    Même si on se sent au plus faible par moments.

    Des bisous !

    1. Cela rend plus fort sans aucun doute, on s’en rend compte après. Après avoir dit au revoir, après avoir compris dans quoi on était, et ce qu’on ne souhaite plus. Bises

  4. Que c’est beau, touchant, bien écrit. <3
    J'ai longtemps cru, pensé que je ne méritais pas tout ce que tu décris si bien. Que ce n'était pas pour moi, que j'étais pas assez, trop. Et puis, j'ai compris que je me trompais…
    Alors, oui, tu mérites mieux, tellement mieux. Je te le souhaite vraiment.

    1. Je ne sais pas vraiment quoi écrire, à part te dire qu’après t’avoir lue, j’avais un peu les larmes aux yeux. Merci, merci <3

  5. Vraaaaaaiment, vraiment sublime.
    C’est une histoire que tant ont vécu et qui blesse terriblement….
    Bizarrement je ressens beaucoup de tendresse dans ta prose. Comme si c’était une lettre qui t’étais destinée au final. Un regard très doux et bienveillant sur ce que tu as vécu.

    J’ai adoré.

    1. J’aime beaucoup comment tu résumes cet article, vraiment. Je n’aurai pas dit mieux je crois même si je ne m’en suis pas vraiment aperçue en l’écrivant. Merci.

  6. le fait de verbaliser tout ça et de l écrire noir sur blanc montrent que au fond de toi tu as déjà la réponse à la question que tu te pose. Ce n est qu une question de temps avant que tu trouve le courage de te sortir de la. A mon avis tu ne souffrira pas plus de mettre fin à ça que de le vivre encore et encore… s il avait du s investir plus il l aurait déjà fait . Écoute la petite voix qui est en toi.

    1. C’est une histoire qui est finie depuis quelque temps maintenant, mais je crois que j’avais besoin de l’écrire, pour que je prenne conscience enfin que je peux être être cette autre fille avec qui c’est different. Me le dire, me l’écrire pour être sur la route de l’acceptation et y croire un peu plus fort.

  7. Quel beau texte, très touchant… Je me suis beaucoup retrouvée dans tes mots, j’ai retrouvé une histoire qui a duré, duré, trop longtemps, mais qui a fini par faire place à quelque chose de beaucoup mieux pour moi.

    1. Je suis heureuse pour toi, si cela s’est fini en quelque chose de beaucoup mieux pour moi. Cela arrive des fois, et c’est pour ça qu’il faut toujours y croire. Pleins de belles choses à toi.

  8. j’ai été cette fille moi aussi, il y a longtemps…. et ton article a tout fait remonter d’un coup avec beaucoup d’émotion….alors je ne sais pas si je dois te remercier mais merci quand même 😉
    bisous

    1. Je suis, quelque part, triste que mes mots résonnent ainsi mais merci pour ton gentil commentaire 🙂

  9. Très bel article et très bien conté ! Tu es sans aucun doute plus que cette fille, mais parfois il s’agit juste d’un déclic pour s’en rendre compte. Je veux dire s’en rendre compte VRAIMENT. Parce qu’au fond, toutes, nous sommes convaincues de valoir plus ! D’être bien plus.

    1. Merci Vanessa pour ton commentaire. Oui tu as raison, on le sait mais des fois il suffit juste d’un petit plus, pour se le dire et mettre à s’y croire un peu plus fort et arriver à s’affranchir de celle que l’on croit être, que l’on nous fait être. Bises

  10. Il est tellement joli cet article, j’ai envie de te prendre dans mes bras, de te serrer fort et de te dire de ne pas t’inquiéter, tu trouveras celui qui te mérite. Parce que cette fille-là, elle en vaut vraiment la peine.

  11. Je trouve ton article superbe. Il est très bien écrit, il monte en puissance….et me rappelle une situation connue. Nous avons parfois du mal à nous estimer suffisamment pour accueillir plus que ce genre de situation.

    Bonne continuation

    1. Cela demande de se connaitre, mieux que bien. Cela demande aussi des fois, de mettre ces sentiments de côté pour comprendre que l’on mérite tellement mieux. Le chemin est parsemé de bosses mais il n’est pas impossible. Bises et merci.

  12. Quel beau texte Fabienne. Vraiment beau. Il a fait remonter des souvenirs pour moi aussi, pas encore vraiment oubliés. Des souvenirs qui viennent me murmurer que quelque part il y a un homme qui saura apprécier cette fille épatante que tu es et qui saura t’aimer et prendre soin de toi. Car l’amour ce n’est pas tout prendre et ne rien laisser à l’autre, c’est un partage, une aventure commune.
    Merci pour ces mots qui me collent à la peau.

    1. Merci Marie pour ce si joli mot, merci pour tes gentils mots à mon égard. Je suis très touchée et je te souhaite de très belles choses à la hauteur de ta douceur et de ta bienveillance.

  13. Fiouuu tu m’as fait versé des larmes. J’ai vécu cette situation et tes mots sont ceux que j’nai jamais réussi à poser… merci pour ce joli texte <3

    1. Je suis desolee pour les larmes, mais je suis contente d’avoir su mettre des mots là où il y a des maux pour tant de filles qui méritent tellement mieux. Merci à toi Pauline.

  14. Qu’il est beau, ce texte… Je n’ai pas grand chose à dire de plus intelligent, mais tes mots sont vraiment beaux.

    1. Merci Camille <3 (Je n'ai, moi non plus, pas grand chose d'autre à dire d'intelligent, je suis touchée)

  15. Merci, parce que c’est beau.
    On a toutes été cette fille là, je l’ai déjà été, et en ce moment j’ai peur de l’être à nouveau. C’est dur de s’en détacher, de se rappeler qu’on vaut mieux. Des fois on préfère prendre les petits moments, les petites miettes et se taire, s’oublier.

    1. Qu’il est beau ton commentaire Marianne et plein de sens, il résonne en moi. Mais je crois qu’il faudrait toujours se rappeler, qu’on nous rappelle qu’on vaut mieux, même si c’est pas toujours facile de le voir, de le croire.

    1. Merci Maïa 🙂

  16. Magnifique texte! Moi, j’aimerais être la fille qui n’a pas peur, la fille confiante, la fille qui ne doute pas;.. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire^^

    1. Oh tu sais, moi aussi j’aimerais cette fille, et je crois que beaucoup de filles l’aimerait, mais c’est une longue route devant nous, mais je crois que tout es possible, il suffit d’une fois et de se soutenir entre nous. Merci pour ton commentaire, bises.

  17. Très bel article, que je lis et relis depuis sa publication n hésitant à commenter…
    J’ai aussi été cette fille-là. Pas tout à fait la même que toi car chaque histoire est unique bien sür. Mais moi aussi j’ai été « pas assez » et aussi parfois « trop ».
    Pas assez belle, trop désirable, pas assez intéressante, trop tendre, pas assez « aimable », trop aimante, pas assez drôle, trop bavarde,… J’ai été cette fille que l’on touche dans le noir, à l’abri des regards. Cette fille que l’on appelle en pleine nuit quand rien ne va et qu’on laisse sur le côté quand elle va mal. Cette fille devant laquelle on en regarde d’autre mais que l’on emmène ensuite dans son lit. Celle à qui l’on se confie, que l’on repousse et rattrape, à qui l’on en veut de rester là, de ne pas partir, que l’on malmène et que l’on aime mal, à l’envers, de travers.
    J’ai été sauvée par un autre, qui m’a regardée vraiment, embrassée en pleine lumière, et pour qui je ne suis jamais trop ou pas assez. Mais aujourd’hui encore, je ne me sens pas à la hauteur, toujours pas assez belle (« j’étais pas la jolie, moi j’étais sa copine ( … ) de celles qui comptent mais pas tant ça »), désirable sans le vouloir, aimante sans le pouvoir, tout ça tout ça… Quatre ans après, je ne suis pas « lavée » de cette relation. Je sais que je vaux mieux que ça mais 2 ans dans son ombre ont suffi à briser le peu de confiance en moi que j’avais.
    Il faut réapprendre à s’aimer et sortir de ces relations toxiques sinon ensuite j’ai l’impression qu’on y revient sans cesse… Heureusement, dans le regard de mon amoureux aujourd’hui, je ne vois plus ça.
    Courage. Et des baisers aussi, il y en a jamais assez 🙂

    1. Clémentine, c’est moi maintenant qui suis hésitante pour te répondre, car je ne sais pas trop quoi te dire, à part que ton commentaire m’a touché, il m’a pris aux tripes. J’ai relu dans tes mots ce que je ressentais, ce que je ressens encore. Cette idée que je ne serais plus assez, ou alors que je suis trop. J’aime beaucoup les mots que tu emploies, je ne suis certainement pas « lavée » encore de cette histoire, et pourtant cela fait longtemps maintenant, c’est dire a` quel point je l’ai aimé. Trop surement, ou alors pas comme il aurait fallu. Et puis si finalement, je l’avais aimé juste comme ça sans savoir si c’était pas assez juste, pas assez bien ou peut-être trop bien au final. Si juste l’avoir aimé m’était suffisant. Alors oui, surement, qu’il y aura un autre amour, je me le souhaite et je le souhaite à toutes ces « filles là » et je te souhaite du bonheur avec ton amoureux. Et des baisers, parce que tu as raison, il en faut encore et toujours 🙂

  18. Que ce texte me parle ! La première fois que je l’ai lu, j’ai fondu en larmes, et chaque fois que je le relis (oui, parfois je relis tes articles ^^ Même si je crois que je n’ai laissé qu’un seul commentaire depuis que je connais ton blog :-/ ), il me touche d’une manière différente, mais il me touche toujours profondément. Merci de l’avoir écrit, Fabienne, je rêve d’une amie qui me dirait ces mots.

    1. Merci à toi Laurène. Ton commentaire est arrivé à un moment où j’avais besoin de revenir sur ce texte, me rappeler que j’ai été cette fille et que je ne souhaite plus l’être, que je méritais mieux, qu’on méritait toutes mieux. Alors merci à toi, de m’avoir mis les larmes aux yeux et pour tes mots touchants <3

  19. Quel joli texte! Et que d’émotions et de nostalgie en le lisant et en me retrouvant dans ces lignes…
    Merci

    1. Merci à toi Lula pour tes jolis mots 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *